Imaginez la scène suivante de DJ dans laquelle Sganarelle raconte dans une longue tirade adressée à l'interlocuteur de votre choix la mort de son maitre.

Publié le par Ephraïm

 Niveau Lycée

Sga : Ah ! Gusman, quelque chose de terrible est arrivé ! Mon cher maitre Dom Juan c'est fait foudroyer par la puissance divine ! Assieds toi donc que je te conte ce qui nous est arrivé, à moi et surtout à mon regrété maitre, ces derniers jours. Nous nous étions, hier soir, mis à table comme à l'accoutumé quand nous entendîmes le tambourinement infernale de quelqu'un qui tape à la porte. Mon maître, éprouvé par la journée qu'il avait eu, ne voulait pas être dérangé. Je me levais donc pour aller voir qui pouvais nous rendre visite en une heure si tardive. En ouvrant la porte, je vis la chose la plus incroyable et la plus terrifiante qu'aucun homme n'ait jamais vu jusqu'à ce jour. Une statue, oui mon cher Gusman, une statue était venue nous rendre visite. Je reconnus tout de suite le père de l'une des conquêtes de mon maître que ce dernier avait combattu et tué quelques temps auparavant . Mué par la peur, j'allais avertir mon seigneur Dom Juan de cette visite impromptue. Au lieu d'accepter l'existence de D. et de se repentir devant cet avertissement qu'on venait lui présenter, il préféra encore une fois defier le Ciel et invita la Statue à entrer et à souper avec nous. Te rends tu compte, à souper avec nous !!! Je me gardais bien de finir mon repas et me hâtais de me cacher mais Dom Juan m'obligea à rester et a même voulue que je chante ! La statue, elle, entra et invita mon maître à souper le lendemain chez elle. Mon maître, ce fou, accepta et la statue repartie chez elle guidée par la lumière celeste. Quelques heures après le levé du Soleil, Dom Juan se rendit chez son bon père le Seigneur Dom Louis pour lui annoncer que D. avait réussit à lui ouvrir les yeux et qu'il voulait se repentir pour mener une vie d'homme hônnete et intègre. Son allocution était à peine terminée que je lui disait ma joie qu'il ait pris une telle décision. Il s'était seulement encore une fois joué de son pauvre père et de moi par la même occasion. Et puis il recommença son manège avec le frère de ta maîtresse, Dom Carlos. Je crois bien que c'était la fois de trop. Le soir, nous nous presentâmes donc à l'endroit indiqué, moi terrifié, mon maître innébranlé. Nous rencontrâmes un spectre aux multiples visages et mon satané maître au lieu de se rendre à l'évidence essaya de le frapper, joua de son épée pour déterminer s'il s'agissait d'un corps ou d'un esprit. J'essayai une dernière fois de le résonner et de lui faire reconnaître l'évidence pour obtenir son repentir, mais cette fois encore ce fût en vain. Nous rencontrâmes ensuite la statue de la veille, elle tendit sa main à Dom Juan et mon maître la serra. Il se sentit brûler de l'interieur et une abîme immense, déchirant le sol, vint le dévorer devant mes yeux médusés. Il à donc finit par subir les foudres du Ciel...Personne sur Terre ne les méritait plus que lui mais il me manquerat mon hérétique de maître...Oui, il me manquera... (Sganarelle essuie une larme et s'en va marchand vers nulpart)...

Publié dans Sujets d'invention

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article